Petit compte Instagram & partenariats

Bonjour à toutes et à tous !! Igtv, article, post … la boucle a longtemps tourné dans ma tête, je voulais vous en parler mais de manière simple. J’ai enregistré l’Igtv, elle est prête, mais elle ne me plaît pas ! Je ne suis pas du tout à l’aise avec les caméras, Max m’avait prévenu « quoi ? tu vas faire une Igtv alors que tu détestes être en face de l’objectif » « oui je sais mais j’ai envie d’essayer ». Ahah, j’ai essayé mais c’était nul, ennuyant, alors on se retrouve ici, en petit comité pour vous répondre à cette fameuse question que le reçoit chaque semaine en message privé IG : COMMENT FAITE VOUS POUR AVOIR VOS PARTENARIATS ? 

 

Je préfère être honnête avec vous, cet article nous concerne, uniquement NOUS, notre compte et chaque compte à son histoire, son évolution. Dans cet article il me paraît essentiel d’être complètement transparente avec vous, sinon à quoi bon ? 

J’ai pensé cet article en 3 grandes catégories : LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRATS, NOTRE HISTOIRE ET MOI DANS TOUT ÇA, ET COMMENT JE LE GERE. 

LA

Pourquoi cet article ?

Avant toute chose et pour celles et ceux qui arrivent ici un peu par hasard, cet article est une réponse à toutes les questions qu’on nous pose sur Instagram concernant les partenariats que nous avons alors, qu’on ne va pas se le cacher, nous sommes un compte tout petit.

Beaucoup de vos interrogations sont légitimes, puisque moi-même à un moment donné je me suis posé toutes ces questions : comment ils font pour avoir ces partenariats ? qu’ont-ils en échange ? combien de temps y passent-ils ? ont-ils des pressions des marques ? combien peuvent-ils gagner ? démarchent-ils les marques ? ils ont des agences qui s’occupent d’eux ? Bref la liste peut encore s’agrandir.

Aujourd’hui j’ai pas mal de réponse à cela grâce à nos expériences et je vais tenter de vous apporter les réponses que j’ai.

 

Influenceurs, blogueurs, producteurs de contenues ?

Commençons par cette étiquette, ou du moins ces étiquettes, qu’on nous met souvent sur le front. On ne se retrouve pas du tout là-dedans, car nous faisons ça pour le plaisir, le plaisir d’échanger avec vous. Nous n’avions, à la création, de ce blog aucune intention de devenir un gros compte, aujourd’hui encore ce n’est pas notre motivation. Chaque jour, tous les échanges que nous avons avec vous nous combles, car on apprend beaucoup, on vous aide, on vous fait part de nos expériences pour que les vôtre se passent au mieux. Et ce n’est pas parce que nous avons un blog, que nous sommes des blogueurs, à mon sens !!

L’étiquette qui nous colle encore le mieux à la peau 😂 c’est « producteur de contenue », ça c’est vraiment le fond de nos collaborations mais on y reviendra plus tard.

2H2A7467

Les différents types de demandes. 

Avant de vous parler de notre histoire je voulais vous partager les différents types de contrats qui nous sont proposés, je pense qu’il en existe bien d’autres formes mais nous n’y avons pas été confronté à ce jour 😁.

Le « placement de produits »

Horrible n’est ce pas ?! Rien que le nom de ce contrat me repousse, ça donne de suite une image de pub malhonnête. Alors que ce n’est pas toujours le cas ! Déjà, en ce qui nous concerne, ce genre de contrat représente moins de 10% de nos contrats, tout simplement car j’en refuse énormément. On n’a pas envie de recevoir deux montres à 800€ juste pour le fun alors que quasi-personne ne peut s’acheter une montre à ce prix-là (ceci n’est pas un jugement envers ceux qui se font plaisirs 😉). Ou alors vous parler pour la 10000 fois d’un produit anti-cellulite, d’une crème, d’un si, d’un là ? Parfois il y a des marques que j’utilise qui me contact, je pourrais très bien me dire « Perrine, ne t’embête plus à payer tel ou tel produit puisque tu peux le recevoir gratuitement », mais franchement je n’ai pas envie de vous en parler sur instagram. Donc je n’accepte que ce dont j’ai envie de faire des photos, de vous en parler, de vous le partager car je pense que cela peut réellement vous plaire.

Ce type de contrat (le mot contrat est justement utilisé puisque nous signons un vrai contrat de travail, il y a un échange monétaire contre un échange de travail donc c’est normal non ?) demande généralement la publication de quelques posts Instagram + quelques stories, en mentionnant la marque et parfois des hashtags. Certaines demandes même de les publier à des dates bien précises, je n’accepte pas car c’est trop de contrainte, je ne suis pas un compte professionnel, je ne sais pas quelle photo je vais poster ce soir déjà alors pourquoi m’obliger à poster une photo en particulier après-demain ? Je ne trouve pas ça sein du tout.

De même qu’il y a le placement de produit Instagram, il y à aussi le placement de produit blog ! Cela demande plus de travail et donc la rémunération est différente, on y viendra après.

Parler d’un site internet

Le pire du pire, la première fois que j’ai reçu ce genre de proposition j’ai halluciné ! Pour faire simple, la marque vous demande de communiquer sur un produit ou une gamme de produits directement via leur site internet, sans même recevoir le(s) produit(s) pour tester, se faire un avis ! Ce type de demande est bizarrement très bien payé, mais c’est hallucinant quand même de faire ça, enfin d’un point de vue éthique je ne m’y retrouve pas du tout, ça serait vous mentir juste pour gagner de l’argent ! OK NEXT…

Mais maintenant que vous le savez vous allez de suite voir les comptes qui acceptent ce genre de contrat et c’est dommage je trouve.

La production de contenus

Donc ça c’est vraiment ce qui nous concerne sur quasiment tous nos contrats / partenariats. Et c’est ce que je préfère, je n’ai aucune « obligation » de vous en parler, de vous poster des photos… Je suis libre ! Je produis mes petites photos, de plus en plus on nous demande de la vidéo et on s’éclate vraiment. Je pense que plus de 70% de ce qu’on produit vous ne le voyez pas. Ça nous prend beaucoup de temps, je serais incapable de vous le chiffrez mais on « travaille » beaucoup c’est certain. Pour ce genre de travail, les marques vous repères en fonction de votre contenue et non du nombre d’abonnés, c’est pourquoi on travaille avec des marques aux millions de followers alors que nous sommes un petit compte. ça nous attire d’ailleurs les foudres de certains gros blogueurs (pour ne pas mettre au féminin 🙈)… 

Allez à des évents

La chose que j’ai le plus de mal à gérer car je ne suis pas faite pour ça et c’est là aussi où tu te rends compte de tes limites et qu’ « influenceur » c’est un véritable métier. J’ai quand même tenté deux trois fois, mais je ne suis pas à l’aise ! J’ai toujours prévenu les marques que je ne savais pas faire, car je n’arrive pas à avoir mon portable collé à la main pour tout vous partager. Même en ce moment pendant ce tour du monde, il y a beaucoup de choses que nous vivons et que j’oublie complètement de filmer car je profite de l’instant T sans même me dire « attends je vais faire une photo », alors parfois j’y pense ! Mais combien de fois je dis à Max « Oh merde ! j’ai oublié de faire ça ou ça ». Donc pour le coup ce n’est pas un côté que j’apprécie et puis dans ce genre de moment et suivant les personnes présente ça peut vite devenir la cour de récré, à se juger pour pas grand-chose…. Mais j’ai et on a quand même pu rencontrer de belles personnes grâce aux events.

2H2A7483

Combien de temps nous y passons ? Quel est le matériel nécessaire et surtout combien on gagne ?

Le temps

Que se soit faire des photos pour partager avec vous sur notre compte Instagram, créer des stories, du contenu (photo // vidéo) pour des marques ou encore écrire des articles sur le blog cela nous/me demande beaucoup de temps. En réalité je ne sais pas exactement combien de temps on y passe mais BEAUCOUP

Par exemple pour une photo sur notre compte, il faut compter au moins 10-15 minutes pour faire une série de 30 photos (on ne fait rarement qu’une série, donc multipliez ça par 3-4-5) , on rentre à l’hôtel je dois trier tous les clichés pour ne garder que ceux qui nous plaisent vraiment, puis je les édite une à une sur Lightroom et enfin je me les transfère sur le téléphone. Bref tout ça prend du temps, mais J’ADORE, sincèrement ça me plait beaucoup de faire tout ça.

TIPS : D’ailleurs à ce sujet vous nous demandez souvent comment on les retouches, je l’ai dit plus hauts : Lightroom. Je m’y suis mis il y a deux ans à peine, je maitrise déjà la suite Adobe mais pas pour de la retouche photo, c’est un ami qui m’a poussé à découvrir ce logiciel et je ne regrette pas. On n’y a passé du temps au début dessus car ce n’est pas si simple. À cette époque j’étais obsédé par le feed de MIKUTAS, j’ai regardé des dizaines et des dizaines de tuto Youtube en anglais. Donc si vous aussi vous avez des FEED GOAL foncé sur Youtube et vous trouverez certainement des réponses ! 

Le matériel

En ce qui concerne le matériel, la question de la qualité est revenue plusieurs fois. En toute honnêteté je ne sais pas quoi vous répondre, mais je pense tout de même que ça dépend de vos passions et de pourquoi vous voulez du bon matos. J’ai commencé mon insta avec un iPhone 5 et ça fait bien l’affaire. Nous avons aujourd’hui le 8+ et je poste des photos prises avec lui, il a vraiment une super qualité. Après si vous voulez commencer à faire de la vidéo par exemple ou produire du contenue pour des marque, alors là, je pense qu’il est préférable d’investir dans un appareil photo. Là encore le choix n’est pas simple.

Si je vous réponds avec mon expérience, j’ai adoré travailler avec mon hybride Olympus OMD 5 mark II, il est compact, très maniable, très fiable mais assez complexe quand on sort du mode auto. Aujourd’hui nous avons un boîtier et un objectif pro … quel plaisir ! Tout simplement j’adore la photo et c’est un plaisir de travailler avec ce boitier, Max l’a adopté aussi. La texture, la chaleur, le grain sont très différents de l’Olympus, attention quand même car là on parle d’un budget extravagant ! J’ai aussi découvert il y a peu de temps le Canon G7X mark II et franchement il a l’aire vraiment top, j’ai vu un ami l’utilisé et la qualité photo et vidéo est bluffante. Quoiqu’il arrive il existe un tas d’option, c’est à vous de l’adapter en fonction de vos souhaits, envies et budget surtout.

TIPS : ce n’est pas le matériel qui fait la différence c’est votre vision des choses, vos angles de vue, vos inspirations. Alors ne vous ruinez pas dans un boitier pour rien, prenez le temps de d’abord vous tester ! 

Les rémunérations

Un sujet complètement tabou, comme toujours en France, et je dois dire : encore plus dans ce milieu où l’aspect confidentiel des contrats est important. En effet, nous négocions tous nos contrats ce qui fait que pour une même campagne / un même projet deux personnes peuvent être rémunérées de manières très différentes, alors que le temps de travail sera le même.

Comme dans tout travail chacun est libre de négocier son contrat et c’est très important aussi de s’exprimer et de bien mettre les choses à plats avant de signer quelconque contrat car une fois que c’est signé, si vous ou la marque ne respectez pas une close ça peut aller loin. Alors MEFIAT !

Les types de rémunérations :

attention je parle encore en NOTRE nom !

Matériel : c’est-à-dire qu’en l’échange d’un post, d’un article, la marque nous offre le(s) produit(s). Certaines marques, et je trouve ça très bien, vous envoient beaucoup de vêtements (par exemple) pour produire du contenu et puis à la fin du contrat on garde quelques pièces et on revoit le reste. Certaines pourraient-être frustrées mais au contraire je trouve ça plus intelligent, nous n’avons pas besoin de 15 robes par saison, non ?

Monétaire : même si nous sommes un petit compte ça nous arrive de pouvoir gagner de l’argent grâce à de la production de contenue ou encore grâce à des collections capsules. Cela pose donc la question du statut, car parfois on nous demande des factures.

Bon d’achat : il se peut aussi que la marque vous propose des bons d’achat à valoir sur le site internet en l’échange de nos prestations.

L’affiliation : c’est un principe que j’ai découvert il y a un an, c’est simplement quand vous cliquez sur un lien du blog et que vous achetez l’article, nous recevons une commission dessus.

Immatériel : c’est par exemple les nuits d’hôtel, les restaurants, les activités gratuites etc.

Je sais que vous attendez maintenant que je vous dise combien on gagne, car vous nous l’avez déjà demandé et pour être honnête j’en ai aucune idée car cela ne m’intéresse pas, comme on l’a déjà dit, on ne veut pas devenir des professionnels, donc tenir un livre des recettes nous a jamais tenté. Bon alors du coup quand j’ai préparé la vidéo, j’ai essayé de calculer grossièrement ce que cela représente sur les 9 derniers mois et je suis tombé à 1800€ / mois ! Ma mère lirait ça elle me fâcherait car depuis le début elle me dit de tenir une note ou j’écrit tout ça, les montants et le moyen de paiement mais franchement je n’ai jamais prit le temps et je pense que je serais surprise de ce que cela représente. J’étais étudiante jusqu’en Juin dernier, j’avais un CDI étudiant qui me rapporté à peine 300€ par moi donc autant vous dire que toutes ces collaborations mon permis d’arrondir les fins de mois.

Démarcher ou non ?

Une autre question que vous vous posez : pourquoi elle elle a une collab avec telle marque et pas moi, alors que j’ai plus d’abonnés quelle ? Et bien c’est exactement ce que je vous disais plus haut … tout est une question de contenue et pas forcément de followers. Donc il est important de s’attacher à la qualité des photos, à votre patte !

Certains compte démarche mais nous ça ne nous arrive vraiment pas souvent. Et surtout que je ne savais pas, il y a encore quelques mois, que ça se faisait 🙈. Pour être honnête nous avons commencé à démarcher des hôtels au Sri Lanka… j’étais complètement novice, je ne savais pas quoi demandé surtout avec notre petit nombre d’abonnés ! On a donc appris sur le tas et il est notamment possible soit d’obtenir la gratuité de nuits d’hôtels ou alors d’avoir des media rate  (réduction) en l’échange de mise en valeur sur nos réseaux sociaux ou alors de créations de contenues !

Et ça marche, nous avons pu aller dans des hôtels que l’on n’aurait jamais pu se payer dans le contexte de tour du monde, nous avons découvert des endroits magnifiques MAIS (oui parce qu’il y a un MAIS), nous avons arrêté après Bali car ça devenait plus une contrainte qu’un plaisir. Dans le sens où nous sommes toujours en vadrouille et rarement à l’hôtel en bord de piscine par exemple, donc ça devenait très difficile de produire du contenue de qualité avec le peu de temps que nous avions sur place. Du coup on ne perd plus de temps avec tout ça, nous sommes re-partis dans nos petits hôtels et nous sommes très heureux comme ça. Parfois aussi on se perd avec toutes les possibilités qu’offre se réseau social et là très clairement ça a été le cas. Je ne dis pas que nous le referont pas, car au Mexique par exemple nous auront plus de temps, mais nous le referons différemment de manière à vraiment en profiter !

2H2A8224

Notre histoire

Parlons maintenant un peu de ce qui nous est arrivé à nous, avec notre petit compte. Les premiers partenariats sont arrivé alors que nous avions à peine 1000 followers, les plus gros sont arrivés alors que nous étions à 1500. Au début j’étais super excité et puis à force je me suis posé beaucoup de questions sur la légitimité à recevoir tous ces choses gratuitement, je ne manque de rien alors que tant d’autres personnes en auraient besoin. Tout ça m’a beaucoup dérangé et c’est là où j’ai vraiment mis un frein à tous les partenariats et je me suis recentré sur nos coups de coeur et l’utile.

Des marques de plus en plus connues m’écrivaient et moi j’hallucinais complet et puis il y à eu ce fameux jour ou j’étais à l’école en plein cours, un mail de Cdiscount, je le lit en travers et je le referme aussitôt. Oui au début je crois à une arnaque, une usurpation d’identité. Le soir j’appelle ma petite maman et je lui raconte, et elle me dit « répond tu n’as rien à perdre ». Et elle avait bien raison, je n’avais rien du tout à perdre, c’est comme ça que notre collaboration à commencer, au début je recevais des habilles que je devais prendre en photo, porté et à plat (ce que je préfère). Et de file en aiguille les projets avec eux se sont enchaînés jusqu’à en arriver au voyage (d’ailleurs je vous avais déjà parlé de ça juste ici).

Cette collaboration fait partie de nos très grosses collaborations qui nous tienne à coeur, après avoir rencontré l’équipe deux fois forcément les liens sont plus forts. D’autant plus que la confiance entre les deux côtés est très forte.

Mais il y aussi d’autres collaborations qui m’ont marqué et qui aujourd’hui encore me procurent un gros plaisir c’est le cas de notre travail avec Isabelle de Comme des soeurs bijoux. Une complicité à distance hors normes qui nous permet d’aller loin dans notre travail. Elle m’a fait confiance et pour ça je ne l’a remercierais jamais assez.

En fait chaque nouvelle collaboration c’est une où des nouvelles rencontres et je dois avoué que ça a toujours été un plaisir, les filles (car oui ce sont majoritairement des filles) sont adorables, j’ai des contraintes extérieurs qui font que je ne peux pas toujours être dispo comme elles aimeraient mais en discutant on trouve toujours des solutions et surtout et il y a une forme de bienveillance qui fait du bien.

Mais une chose est certaine c’est qui si je n’avais pas été entouré comme je le suis je n’aurais jamais pu réussir à faire tout cela ! Combien de fois avec ma soeur on s’est levé plutôt pour faire des photos au lever du soleil avant d’aller en cours, avec Max le week-end, mes copines aussi qui m’ont servi de modèle entre aux pauses-déjeuner ou encore sur la grande plage de Biarritz. Merci à toutes et à Max aussi, être entouré c’est vraiment une chose très importante je pense.

 

Moi comment je me sens là-dedans

Je voulais aussi vous écrire quelques lignes sur mon vécu avec Instagram, car mine de rien ce n’est pas toujours facile. En fait même ça a été particulièrement difficile au début, car comme tout réseaux sociaux au début ce sont tes amies, des connaissances, des collègues … qui te suivent et dès que je postais une photo j’avais peur de leurs jugements, peur de ce qu’ils pourraient dire. Mais Maxime à très vite était là pour me soutenir, pour me dire que je ne devais pas m’attardais là-dessus, que je le faisais pour moi. J’avais peur que mes amis me voient différemment, mais très vite j’en ai parlé avec eux et c’était très positif, certains ne comprennent pas parfois pourquoi j’y passe autant de temps ou pourquoi je vous demande votre avis mais pour autant ils aiment les photos qu’on fait etc. Ce problème de regard je l’ai encore aujourd’hui, on fait parfois des photos avec Max que j’aime beaucoup mais que je n’ose pas publier de peur que les gens me voient différemment et notamment aient une mauvaise image. Ça c’est un point 🙈.

L’autre point c’est que je ne supporte pas mon image, la Perrine que je vois sur les photos, je ne me suis jamais aimé et ça n’a toujours pas changé même après un an a faire des photos régulièrement. C’est très difficile à gérer du coup, vous me direz « mais alors pourquoi tu continu », simplement parce que je dois sortir de ma carapace, sortir de ma zone de confort. Mais encore aujourd’hui pas grande monde peut me prendre en photo, je ne suis pas à l’aise je ne regarde pas l’objectif et si vous savez comme, même, Max galère à faire trois photos qui me conviennent à peu près 🙈, je n’y arrive pas ! Je ne peux pas rester face un objectif, je ne me sens pas moi, je préfère être de l’autre côté. Quand je vois toutes ces filles super à l’aise en train de faire des photos, ça me fait envie, elles sont à l’aise, elle prenne du plaisir et du coup elles sont jolies.

Avant quand je voulais poster une photo où on me voyait je m’attardais sur le moindre détail, jusqu’à finalement ne pas la publié ! Aujourd’hui je regarde la composition de la photo et ça change vraiment tout, si vous êtes comme moi vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Je continue aussi car toute cette aventure ma permis de rencontrer des personnes extraordinaires, des relations de confiances très fortes se sont créer et j’aime partager avec vous. A voir ce qu’il passe en Septembre quand je vais commencer mon vrais métier, j’ai si hâte !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’espère que cet article aura pu vous apporter des réponses ! À très vite …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *